ANN MILLER coiffure / Voyage Hong Kong

Mon hôtel, le Best Western Causeway Bay, dans le quartier Wai chai, a une situation assez centrale, puisqu’il se trouve à deux pas du Times Square local et dispose d’un rapport qualité/prix assez attractif. Mais l’élément décisif qui a scellé mon choix était la vue qu’offre cet hôtel sur la ville depuis son toit.

La pluie, ma compagne de voyage depuis mon arrivée ne m’a toujours pas lâchée alors que je visitais à pieds, donc ma tenue préférée du moment est devenue un bon vieux K-way qui m’a sauvée de la pneumonie à de nombreuses reprises. Du coup, j’ai opté pour le métro hongkongais, et non un taxi, parce que j’ai réellement envie de vivre mon séjour de la manière la plus authentique possible. D’ailleurs, l’incroyable propreté des métros laissent rêveur …Les stations sont aussi superbement bien aménagées. Elles pullulent de magasins de cosmétiques, ainsi M.A.C., Make-up forever et Shu Uemora se disputentla vedette.

Processed with VSCO with hb1 preset

Mon 1er arrêt était Golden Bauhinia Square. Il s’agit d’un haut lieu touristique parce que cette espèce de fleur représente l’indépendance d’Hong-Kong reprise en 1997. Je n’ai pas véritablement capté l’intérêt du monument, mais j’ai apprécié me balader le long de l’eau. Malheureusement, ma pote la pluie me suivait comme toujours et au bord de la baie Victoria, elle s’en est donnée à cœur joie avec des rafales de vent. J’avais une vue dégagée sur un quartier de l’autre côté appelé Tsim Sha Tsui, une petite île qui fait toujours partie de la ville. J’ai marché pendant une vingtaine de minutes et j’ai rencontré un magnifique dragon, symbole local de la prospérité. Autant vous dire que je vais en importer par camion pour offrir à mes amis belges.

Processed with VSCO with hb1 preset

Pour la première fois, j’ai décidé de ne pas manger local, mais organic. J’ai donc dégusté un savant assemblage de quinoa, saumon, épinard et d’une petite vinaigrette miel-moutarde pour rehausser le tout. Véritable gourmande, j’ai aussi craqué pour un yaourt au granola, banane et miel. Oui, bon quand je dis gourmande, je fais quand même attention. J’ai testé un ginger miel-citron-gingembre parce qu’avec plus de 30 degrés, tous les établissements mettent l’air conditionné et ma petite gorge a véritablement du mal à s’y faire. Je conseillerais d’ailleurs aux futurs voyageurs de prendre une bonne pharmacie avec eux parce que le risque de tomber malade ici est assez élevé, surtout si on y ajoute mon amie la pluie.

Le soir, elle m’avait enfin lâchée les baskets donc j’ai pu me balader dans le quartier de mon hôtel. J’ai dégusté de délicieux nems dans une rue animée où se bousculent les restaurants traditionnels et les bars plus occidentaux, comme on les aime. Je n’ai absolument pas peur d’errer dans les rues tard parce que je me sens vraiment en sécurité. Les autochtones sont tellement respectueux. Aucun homme ne se retourne sur les femmes, pourtant très court vêtues. En même temps, leurs corps filiformes mettent leur tenue en valeur, sans pour autant les présenter de façon vulgaire.

Processed with VSCO with hb1 preset

Tous les magasins sont ouverts jusqu’à 22h30-23h00 et le rythme de vie est donc décalé. Sur les vitrines des grandes marques, la clim forme de la bouée qui est exploitée par des artistes afin d’en faire des œuvres d’art éphémères. C’est assez impressionnant de voir un manga de dresser sur la devanture de chez Hermès et disparaître quelques instants plus tard.

Processed with VSCO with hb1 preset

 

 

 

2e journée

 

Ma nuit fut courte, mais ma journée est tellement chargée que je ne peux pas rester une seconde de plus dans mon lit.

J’ai sauté dans le métro pour me sur l’ile d’en face, Lantan Island pour visiter le plus grand Bouddha du monde, rien que ça ! Pour me rendre là-bas, outre le métro, j’ai du également prendre le funiculaire Ngong Ping 360. Après 1 heure 30 d’attente pour enfin monter dans la cabine, je m’apprête à monter dans les nuages. Je suis époustouflée par la beauté des paysages, entre la mer turquoise et les montages vert vif, je ne sais plus où donner de la tête. Ma petite cabine a continué à monter jusqu’à ce que je sois littéralement dans les nuages. Alors là, imaginez à quel point on se sent zen et apaisée.IMG_9686

Processed with VSCO with hb1 preset

Une fois arrivée, alors que je suis beaucoup plus en altitude qu’en ville, je n’ai absolument pas froid. Par contre, ma visibilité est réduite à 20m autour de moi … J’en profite pour me promener dans un petit village qui me mène tout droit au Bueren local, le Chemin de la Sagesse et ses 270 marches (Petits joueurs pour le coup). Au sommet, se dresse Tian Tian, haut de 34m fait de bronze et d’or. Enfin, l’or, il paraît parce qu’avec le brouillard, je ne vois presque pas sa tête. Il est tellement énorme que lui aussi a la tête dans les nuages. Je ne suis pas déçue parce que j’ai pu vivre un autre type d’expérience. Puisque je ne voyais pas le monde autour du Colosse, j’ai eu l’impression d’être privilégiée avec lui, plus proche et plus spirituelle en quelques sortes.

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

IMG_9687

En descendant, je suis arrivée nez-à-nez avec une place où l’encens se consume en grandes pompes. Je comprends immédiatement que je suis au shop et qu’il est temps de réaliser la tradition ; acheter 3 gros bâtons pour faire 3 vœux et 50 petits pour faire des demandes pour ma nouvelle vie, disons plutôt améliorer l’actuelle. Je ne vous dévoilerais certainement pas mes vœux parce que j’ai bien trop envie qu’ils se réalisent.

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

IMG_9466

Après mon expérience mystique, je croise un moine bouddhiste que je me charge de suivre pour continuer ma visite, sauf qu’avec la visibilité réduite, ce ne fut pas une mince affaire. J’arrive quand même au Monastère Po Lin et c’est justement l’heure de la prière. Les photos sont interdites, mais vous pouvez vous imaginer une espèce de chant qui invite à la méditation et à la réflexion. Pas trop de réflexion pour moi parce que je meurs de faim donc mon estomac me supplie d’écourter l’expérience spirituelle pour me rendre au restaurant hyper typique du monastère. Ici, tout est végétarien, mais ça ne me pose aucun souci, au contraire. Je me suis laissée tenter par 4 petites choses dont un au curry. J’ai commencé par lui et il m’a décapé la bouche. C’était puissant et tenace, du genre à vous faire sortir les yeux des orbites comme dans les Cartoons. Ensuite, j’ai continué avec la méduse, pas dégoutant mais disons que je n’en reprendrai pas. Les deux dernières petites choses au sésame et à la pâte d’amande étaient très bonnes.

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

Il était déjà temps de retourner dans mes nuages pour retrouver le quartier West Kowloon, Hong Kong.

Je me suis rendue à Temple Street pour son marché du soir qui est, cela dit en passant, bien organisé avec une allée centrale et des petites échoppes de part et d’autres, une fois de plus l’organisation hongkongaise a marqué des points. Je conseille ce lieu pour les personnes qui aiment chiner ou qui veulent revenir les valises pleines de bibelots en tous genres. Puisque je n’aime ni chiner, ni les biblots, je me suis contentée de me laisser envouter par l’ambiance très sympathique. Même là, je n’ai pas encore pu trouver ma boule de neige de la ville, mais je ne perds pas espoir !

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

 

J’ai rapidement quitté le quartier pour me rapprocher d’Hong Kong Island et de mon hôtel pour trouver un restaurant plus occidental, ayant eu ma dose de typique pour la journée. J’ai découvert un petit lieu sympa où j’ai savouré une soupe de nouilles, poulet, lait de coco et curry. Quand je dis savourer, c’est un euphémisme parce que c’était une véritable tuerie !IMG_9598

J’ai quitté le restaurant en flânant dans les rues avant de rejoindre mon lit et les bras de Morphée.

 

 

3e jour :

 

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec Chûn Nam Tse, un guide qui a pour mission de me faire vivre une journée à travers les yeux des locaux. Le rendez-vous est donné à la sortie du métro pour aller déjeuner avec des Dim Sum. Il n’y a aucun touriste dans les lieux où il m’emmène, mais je lui fais une confiance aveugle. A ma grande surprise, tous les plats qu’il avait choisis étaient succulents. Je suis devenue officiellement fan des Dim Sum !

Processed with VSCO with hb1 preset

Chûn est un spécialiste de sa ville et il en connaît toutes les histoires. Par exemple, il m’explique que les gens ici n’ont aucun contact physique avec leurs amis ou familles. Ils restent très distants et se contentent d’un petit regard ou d’un signe pour saluer. Je trouve ça un peu triste parce que je suis une grande adepte des micro-câlins qui réchauffent le cœur !

Autre anecdote, en hiver, les locaux consomment énormément de soupes à base de serpent parce que, paraît-il, cela réchauffe. Nous nous rendons à ce moment-là dans une petite rue où tous les magasins vendent des produits séchés pour mettre dans les soupes ; crevettes, poulpes, poulet, … Chaque ingrédient est supposé avoir des vertues différentes. Ainsi, pour avoir une belle peau, il est conseillé de consommer plutôt cela et ça pour un meilleur transit. Je n’ai retenu qu’une seule règle, c’est que le lézard séché est un viagra local pour les hommes.IMG_9404

 

Ensuite, nous sommes allés dans une ruelle où les magasins proposent des cadeaux en papier, type iPhone, voiture, nourriture pour les défunts. La famille place ses présents avec le défunt comme ça, il pourra les utiliser dans l’Au-delà. Je vous avoue que j’ai trouvé cette philosophie assez marrante.

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Quelques rues plus loin, nous sommes arrivés face à un bâtiment rouge à un seul étage où nous sommes rentrés. Le plafond débordait de lustres où l’encens brûlait et rendait l’atmosphère très particulière. Face à moi, se dressait un autel face auquel je me suis agenouillée et Chûn m’a demandé de penser à une question qui me taraudait actuellement et d’ensuite secouer avec ma main un grand pot rempli de bâtons numérotés. Le 1 est sorti. Il y avait des phrases indiquées en vieux chinois et j’ai attendu les explications du sage et de Chûn. Apparemment, je suis tombée sur la meilleure des prédications et je dois maintenir mes objectifs et cela me réussira !IMG_9615

Processed with VSCO with hb1 preset

Dernier quartier, ou devrais-je dire, labyrinthe. Nous avons visité un endroit où 14 escalateurs se chevauchent. Heureusement que Chûn est un expert parce que j’aurais vraiment pu me perdre seule. Nous avons finalement pris le bus jusqu’à Victoire Peak. Au fil des mètres, je n’ai cessé de m’interroger sur cette ville si antagoniste : comment peut-on avoir tant de monde et tant de building, mais être si proche d’une végétation incroyable à la fois. Cela me laisse sans voix. Mon questionnement fut vite perturbé par les moustiques qui ont fait de moi leur repas principal. Je vous conseille fortement de prendre des répulsifs parce qu’avec 30 degrés et beaucoup d’humidité, pensez bien qu’elles pullulent ici, les petites bestioles.

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

Processed with VSCO with hb1 preset

Nous avons repris le petit train pour redescendre vers la ville et c’est ici que nos chemins se sont séparés.

Je me suis installée confortablement sur le port pour déguster une bonne glace et surtout reposer mes pieds à qui j’impose un rythme soutenu de 15km par jour.

Le soir, j’ai soupé dans un restaurant où aucun carte n’était proposée en anglais. Aventurière dans l’âme, j’ai donc commandé à l’aveugle. Mais je n’ai pas super bien mangé parce que je ne savais pas comment faire les assemblages. Cela a provoqué un fou-rire incroyable. Le reste du restaurant m’a donc regardé perplexe et certains m’ont esquissé quelques petits sourires de compassion.

 

A très vite pour la suite !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire